Rechercher dans ce blog

mardi 3 mai 2011

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux

Connue pour sa célèbre Imagerie, Épinal est une ville qui a conservé de son passé médiéval une partie de ses remparts qui enserraient la ville. L'une des trois tours, encore debout, sert aujourd'hui de cadre au Musée du Chapitre où l'on peut découvrir une belle maquette montrant la ville d'Épinal entourée de ses murailles en 1626.



EPINAL (88) - Les remparts médiévaux

Aperçu historique

Un embryon de rempart, peut-être palissadé, a probablement vu le jour peu après la création du château vers 965-984. 


En 1139, voyant son autorité contestée par l'avoué d'Épinal, l'évêque de Metz, Étienne de Bar (1121-1162), fit appel au duc de Lorraine, Matthieu 1er (1139-1176) pour récupérer son bien.

En 1140, le bourg d'Épinal est mentionné dans les archives. Peux-t-on alors imaginer qu'il était entouré d'un rempart ? Sûrement !

Au XIIIe siècle,  l'évêque de Metz, Jacques de Lorraine (1239-1260), fit édifier un rempart composé de dix-huit tours et sept portes. Haut de 10 mètres et de 2 mètres d'épaisseur, les murs étaient précédés d'un fossé.


En 1289, Épinal fut assiégée par les hommes du comte Thiébaut II de Bar (1240-1291) et du duc Ferry III de Lorraine (1251-1303) en raison d'une dette de 8 000 livres non payée par l'évêque de Metz, Bouchard d'Avesnes (1282-1296). Bien que fortifiée, la cité ne put repousser les assaillants.


Mécontent du gouvernement de l'évêque de Conrad II Bayer de Boppart (1415-1459), les Spinaliens s'en remirent alors au duc de Lorraine, René 1er d'Anjou (1431-1453) pour trouver une solution.


En 1444, le roi Charles VII de France (1422-1461) fit une entrée solennelle dans la ville sur demande des bourgeois encore mécontents et qui voyaient en lui un seigneur plus digne de les gouverner ! Relevant désormais du royaume de France, les tours des remparts furent parées des armoiries royales.


Après avoir repris son indépendance vis à vis du Roi de France, les Routiers royaux attaquèrent Épinal en 1463 et l'enlevèrent à la faveur de la nuit. Ulcérés, les habitants de la ville reprirent la ville et chassèrent les intrus.


A partir du 21 juillet 1466, la cité dépendait du duché de Lorraine.

En 1471, un boulevard de terre protégé par une enceinte palissadée fut placée en avant des remparts, à l'emplacement actuel du quai des Bons-Enfants.


Le 14 octobre 1473, les troupes bourguignonnes de Charles le Téméraire mirent le siège devant la cité alors commandée par Jean, bâtard de Vaudémont (1450-1509), fils illégitime du comte Antoine de Vaudémont (1418-1458). Épinal tomba alors entre les mains du duc de Bourgogne malgré les puissants remparts.


Le 8 septembre 1476, le duc René II de Lorraine (sa biographie est consultable ICI) et le bâtard de Vaudémont se présentèrent devant Épinal bien décidés à enlever la place alors fidèle au duc de Bourgogne. La garnison bourguignonne se rendit sans combattre voyant le déséquilibre des forces en présence.


Avec la Guerre de Trente, Épinal fut au cœur des convoitises françaises et lorraines. La cité changea de mains plusieurs fois et les remparts furent renforcées pour faire face aux différents sièges. En 1633, Épinal relevait toujours du duché de Lorraine.


En 1635, Épinal, alors ville royale, subit le siège des troupes ducales de Charles IV de Lorraine (1625-1675). Malgré une défense énergique de la part de la garnison française aux ordres de Lamezan, la cité tomba. Les remparts nécessitèrent une réfection urgente.


EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Plan d'Épinal avec ses remparts en 1626
Peinture de Nicolas Bellot (1600-1672)
Épinal - Musée départemental des Vosges
L'ovale clair montre où se trouvent les restes des remparts

Fin 1636, les portes de la ville furent ouvertes aux troupes ducales de Clinchamps. Mais la ville redevint royale peu après lorsque l'armée du duc de Longueville s'en empara. Les mercenaires suédois duc Charles IV de Lorraine reprirent la ville aux français en 1637.


Grâce aux comptes de la ville établis en 1639, on apprend que les Spinaliens durent financer l'entretien de la garnison chargée de la défense des remparts. La même année, les fortifications (remparts, tours et portes) furent renforcées ; de février à mai, des palissades de pieux furent placées sur de la terre tassée, en mars, des logements pour la garnison furent établis près des remparts, en avril, une demi-lune défendant la Porte d'Arches fut renforcée et une nouvelle poudrière remplaça celle détruite en février ; en mai, les maisons trop proches du rempart furent éboulées et des munitions, grenades et le canon de Cheniménil furent amenés pour la défense de la cité.


En avril 1641, le duc Charles IV de Lorraine et sa femme Béatrix  de Cusances (1614-1633) s'installèrent à Épinal, faute de loger dans leur capitale nancéienne alors aux mains de l'ennemi.



EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Siège d’Épinal par Du Hallier (août 1641)
On voit une partie des remparts rattachés au château

Le 23 août 1641, les régiments de Du Hallier assiégèrent les remparts d'Épinal. Le 25, la ville, défendue par les hommes du baron de Clinchamp, capitula. Les vainqueurs exigèrent le paiement de 400  francs aux officiers de son artillerie  « parce que le canon avait tiré ». Fin août 1641, les 6 000 combattants français du maréchal de Grancy enlevèrent Épinal. Un serment de fidélité au roi de France fut alors exigé.


En 1644, malgré la garnison et les fortifications, le maréchal de la Ferté-Sénectère prit la cité qui retomba peu après entre les mains des Lorrains.


En février 1651, le maréchal de la Ferté-Sénectère ne put s'emparer d'Épinal alors défendue par quatre régiments lorrains. Constatant qu'un tiers des bourgeois avaient quitté la ville pour rallier la Bourgogne, les échevins d’Épinal renforcèrent la garnison qui eut alors pour mission d'empêcher toute fuite de bourgeois spinaliens.


La Ferté-Sénectère s'empara sans coup-férir d’Épinal en 1653.


Redevenue ducale en 1661, les fortifications d'Épinal furent réparées et renforcées sur ordre du duc Charles IV.


Le 26 août 1670, la ville fut assiégée et enlevée par le maréchal de France, François de Blanchefort de Créquy de Bonne (1630-1687). Les remparts furent, dans la foulée, démantelés sur ordres du roi de France Louis XIII.


Les remparts subirent évidement les sièges au cours de la Guerre Franco-Prussienne (1870-1871) et en 1914, une garnison de 14 000 soldats s'installa à Épinal, devenue l'une des quatre place-fortes proche de la frontière avec l'Allemagne.


Puis peu à peu, les remparts disparurent au gré des destructions et reconstructions...


Ce n'est qu'à partir de 1991 que ces fortifications furent exhumées et mises en valeur.

Architecture


En observant la peinture de Nicolas Bellot (1600-1672) représentant Épinal en 1626, on voit que les remparts enserrant la ville étaient reliés aux murailles de la basse-cour du château dominant la ville.

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
 Les remparts d'Epinal replacé dans la ville actuelle
(Création de  Pierre Gnaedinger, auteur de la maquette du Musée du Chapitre)

Aujourd'hui, sur 75 mètres, une petite portion des remparts spinaliens est conservée. Trois tours et des pans de murailles en constituent l'essentiel ; la tour du milieu sert d'écrin au Musée du Chapitre. Bâtis en grès vosgien rose, ces remparts remontent en grande partie au XIIIe siècle avec un appareil régulier présentant encore des ouvertures de tir à étrier (typiques du XIIIe siècle) associées à des bouches à feu plus tardives (correspondant à l'adaptation à l'artillerie de la fin du XVe siècle).


Enfin, on remarquera les vestiges du fossé en avant des murs et tours. Une poterne encore visible permettait aux assiégés de s'échapper.
______________________________________

Vous pouvez agrandir les vignettes en cliquant dessus ! 

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Le fossé avec la Tour du Musée

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Tour du Musée du Chapitre

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Tour du Musée du Chapitre - Bouche à feu (fin XVe siècle) remplaçant une ancienne meurtrière à étrier (XIIIe siècle) dont on voit encore la fin.

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Les remparts et le fossé
EPINAL (88) - Les remparts médiévaux

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Fossé - Archère à étrier (XIIIe siècle)

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux

La poterne donnant dans le fossé

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Escalier donnant accès aux étages

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
L'arrachement de la Tour du Chapitre
et le puits de la citerne

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Puits de la citerne

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Tour Jacques et la Tour du Musée du Chapitre

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Tour Jacques arasée avec une bouche à feu

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Tour Jacques - Bouche à feu (Fin XVe siècle)

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Tour Jacques arasée avec meurtrière à étrier

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Tour Jacques - Archère à étrier (XIIIe siècle)

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Tour Jacques - Intérieur

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
Tour Jacques - La bouche à feu vue de l'intérieur

EPINAL (88) - Les remparts médiévaux
La Tour du Musée du Chapitre
EPINAL (88) - Les remparts médiévaux


_____________________________________

Liens internet

La maquette de la ville d'Épinal en 1626

Epinal sur le site de "la Lorraine d'hier et d'aujourd'hui"

______________________________________

Localisation d'Épinal dans les Vosges


Situation des remparts dans la ville
(Vous pouvez agrandir la carte en cliquant ICI )
Les épingles de couleurs sont cliquables !
____________________

Copyright - Olivier PETIT - Patrimoine de Lorraine 2011-2014 © Tous droits réservés

8 commentaires:

  1. Magnifiques photos des remparts de l'ancienne enceinte d'Epinal. Remparts que beaucoup de Spinaliens ne regardent ou ne connaissent même pas.

    RépondreSupprimer
  2. C'est effectivement dommage que les Spinaliens et les autres passent à côté de ses remparts sans leur rendre visite !

    Ce billet leur donnera peut-être envie d'aller les découvrir en même temps que le Musée du Chapitre !

    RépondreSupprimer
  3. Merci pour ces précieuses informations. Beau travail !
    NB: les remparts mis en avant sur le plan Bellot ne correspondent pas vraiment à la réalité géographique. Ils se trouvent à quelques pas de la Basilique et non du côté Marché/Préfécture comme dans l'oval.

    RépondreSupprimer
  4. Effectivement, la localisation des remparts restants est plus proche du château. Je viens juste de modifier leur localisation sur la peinture de Bellot !

    RépondreSupprimer
  5. A noter qu'il y a également une 4ème tour visible dans ce quartier du chapitre : la tour evrard.

    RépondreSupprimer
  6. merci encore de nous faire partager ses belle photos.c'est la premiére ville que j'ai visité en arrivant sur les vosges et je savait meme pas pour les remparts,vu seulement les ruines du chateau.une tres belle region et surtout les vosges,a decouvrir surement prochainement,grace à vous.

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Eh oui, je pense qu'une bonne partie de Lorrains, Vosgiens et même Spinaliens ne connaissent pas ces remparts ! Le château est lui plus visible et donc plus connu !
      Merci de votre passage sur mon blog et bonne découverte !

      Supprimer
  7. Merci pour ce formidable document qui valorise notre chère cité des images ! Juste une petite remarque pour les yeux initiés : sur la gravure de Du Hallier, à gauche, au pied du plateau de la justice et des palissades, ce n'est pas la Moselle... M. Du Hallier a-t-il fait une erreur volontaire !

    RépondreSupprimer